mercredi 1 février 2017

dire des secrets, Yolaine Codjovi

Yolaine Codjovi

J'ai retrouvé un échange de courriels qui datait d'avril 2014. Je demandais à une certaine Yolaine Codjovi des conseils pour utiliser des encres qui s'effacent en sérigraphie. On m'avait dit qu'elle avait fait un livre sur le secret. Que sa démarche m'intéresserait. Je n'ai jamais vu son travail, jusqu'à hier. 

Travail éditorial et expérimental autour du secret, de la stéganographie et de la cryptographie, son livre renferme un récit que l’on découvre et qui s’enrichit à l’aide d’une multitude de codes. Imprimées avec des encres réagissant au froid ou à la lumière, certaines parties sont invisibles. La pagination, les titres et la tranche, quant à eux, sont cryptés et contiennent plusieurs mystères. Le lecteur doit participer pour découvrir des jeux typographiques qui en révèlent davantage sur l’univers de cette fiction et l’histoire du personnage principal.







Source: Behance

mercredi 21 décembre 2016

What is a document?, Michael Hoppen Gallery

Michael Hoppen Gallery: Evidence Case File
Guiding Light

Ce livre est inspiré d'une exposition de la Michael Hoppen Gallery : The Image as Question: An Exhibition of Evidential Photography. Dans cette exposition, Michael Hoppen expose une variété d'images qui proviennent autant de fonds du 19e et 20e siècles que d'oeuvres d'art contemporaines. Elles ont en commun leur fonction documentaire. Beaucoup de ces photos ont été prises pour agir en tant que preuve empirique d'une théorie ou d'un événement. Décontextualisées de leur époque et de leur place originelle,  elles sont vidées de leur valeur testimoniale et ne donnent plus vraiment de réponses. Le livre pose ainsi la question de savoir ce qu'est un «fait» tout en jouant avec l'esthétique de l'archive et du document.

La question de la valeur du document est devenue très importante dans mon travail dernièrement: faire douter de ce que l'on croit être la vérité en troublant l'origine d'un document.

jeudi 29 septembre 2016

Nus, Tiane Doan Na Champassak

HARDCORE BY TIANE DOAN NA CHAMPASSAK



By selecting details of naked bodies from photographs found in Thai hardcore magazines from the 70s, Tiane Doan na Champassak delivers an unexpected vision of pornography: invisible sexes and skillfully framed and enlarged, nearly rasterized details, compose images that verge on abstraction. The absence of binding allows for multiple combinations of images, according to the reader’s imagination, while the original image can be perceived in full bleed.





(Not) Reading Ways of Seeing, Fernanda Fragateiro

«I am using books with content that is politically and culturally relevant but the contents of the books are inaccessible. I see them as paintings made of layers upon layers of deep contents, displayed only as an abstract monochromatic surface. 'Depth is hidden. Where? On the surface»










(Not) Reading Ways of Seeing, 2010
8 black hard cover "moleskine note books"
8 acrylic supports, pages from John Berger's Ways of Seeing, British
Broadcasting Corporation and Penguin Books, 1975
700 x 30 x 14 cm












Measuring E1027, 2011
21 hand made books, silk cover and acrylic
150 x 25 x 550 cm

samedi 24 septembre 2016

Variations sur personne, Stéphanie Solinas



DOMINIQUE LAMBERT - Stéphanie Solinas

Dominique Lambert - 2003-2009 - edition of 2 plus 1 AP
21 unfoldable books - drawings by Benoit Bonnemaison-Fitte
police sketchs by Dominique Ledée, police inspector
box 37x20x26cm  - closed book 17,5x25x1cm

Dominique est le prénom mixte le plus donné en France, il est aussi le 27e prénom le plus porté. L’associant à Lambert, 27e nom de famille également le plus porté, Stéphanie Solinas a défini comme population d’étude les 191 Dominique Lambert répertoriés dans les Pages Blanches en France. Elle a demandé par courrier à chacun d’eux de remplir un portrait chinois. À partir de ce dernier, elle a élaboré un portrait écrit, avec l’aide d’un psychologue, un statisticien, un inspecteur de police, un juriste, à partir duquel elle a demandé au peintre Benoît Bonnemaison-Fitteportrait de dessiner un portrait de lui. Le portrait a ensuite été transformé en portrait-robot par Dominique Ledée, enquêteur de police de l’Identité Judiciaire. Stéphanie Solinas a alors recherché un modèle présentant une ressemblance évidente avec le portrait-robot pour le photographier. Glissée dans la jaquette du livre, une pochette cristal renferme les photos d’identités des « vrais » Dominique Lambert auteurs des portraits chinois, et clôt ainsi la  chaîne des représentations imaginée par l’artiste.


Ce travail de Stéphanie Solinas a été déployé de multiples façons entre 2003 et 2016 : exposition d'un livre limité à deux exemplaires, installation des enregirstrements sonores des entrevues, installation au mur des questionnaires, jusqu'à la publication d'un livre chez RVB Books. Ces variations attirent l'attention sur un détail différent du processus et de l'oeuvre. 



Dominique Lambert, “Die Aussetellung”, Kunst im Tunel, Dusseldorf, 2014


Dominique Lambert, Carré d’Art, Nîmes, Rencontres d’Arles 2016
Dominique Lambert, Carré d’Art, Nîmes, Rencontres d’Arles 2016

65 sur 191 Dominique Lambert ont répondu au «portrait chinois» envoyé par Stéphanie Solinas.



Dominique Lambert - consultation du Dr Barbe, “Sans être rien de particulier”, La Maison Rouge, Paris, 2010

Durant le vernissage de l’exposition Sans être rien de particulier à la fondation d’art contemporain La Maison Rouge, Paris, un cabinet de consultation était ouvert. Entretiens individuels des Dominique Lambert, menés par le Dr Rémy Barbe, psychiatre et collectionneur d’art contemporain. Les Dominique Lambert étaient les invités d’honneur de cette exposition; ils découvraient pour la première fois le travail construit sur leurs réponses données sept ans auparavant, et qui porte leur nom. Les voix de ces tête-à-tête enregistrés étaient, par la suite, diffusées dans le cabinet de consultation vidé de ses occupants.

Dominique Lambert - édition limitée - 2010
edition of 27 plus 3 AP - 528 pages in 22 sections - 17,5x25x7cm
red linen clam shell box - 19x27x8cm
Alaska Editions, London

Dominique Lambert - édition limitée présente Dominique Lambert sous la forme d’un seul livre, visant à offrir à de multiples acquéreurs la possibilité de s’investir, à leur tour, dans l’identité des Dominique Lambert. Un livre, plutôt une oeuvre, qui prolonge la question du collectif dans l’identité individuelle. Dominique Lambert - édition limitée est à activer pour déclencher l’envoi par courrier, durant 21 semaines, des 21 enveloppes contenant les photographies d’identité des Dominique Lambert. À réception, l’acquéreur les insère dans le livre, à l’emplacement prévu à cet effet.





RVB BOoks

Dominique is the most popular mixed-gender first name in France, it is also the twenty-seventh commonest forename; combined with Lambert, which is the twenty-seventh commonest last name. So Stephanie Solinas defined her survey population as being the hundred and ninety-one Dominique Lambert listed in the phone book (the French white pages). Implementing the various different techniques used by officialdom to represent a person’s identity, involving experts, and proceeding in successive stages, Stéphanie Solinas explores and exhausts the system and tools of representation itself. For the first time, the book deploy the full set of faces in this sample of people, taking the viewer on a tour of the worlds of Dominique Lamberts, to experience the distance between the clichés of representation and the irreducible quality of uniqueness.