jeudi 12 avril 2012

La défense de l'égo, Michelle Furlong

Dual, 2011
crayon de plomb, encre, acrylique sur papier
Confines of the peculiar, 2011
crayon de plomb, encre, acrylique sur papier
In the seam, 2011
graphite, encre, acrylique, aquarelle sur papier
La défense de l'égo, 2010
graphite, encre, acrylique, aquarelle sur papier
Between matter and body, 2011
graphite, encre, acrylique, aquarelle sur papier
Controled space, linoprint
Drapecity, 2007-2009
linoprint
Faces, 2004
Dans ma chambre, 2004

To begin with the human body – to cover it, to conceal it and to contain it,
so as
 to expose it, reveal it and set it free./ 
Commencer avec le corps humain - le couvrir, le camoufler, le contenir,
tout en l'exposant, le révélant, lui rendant sa liberté.
Michelle Furlong

Michelle Furlong travaille sur les frontières du corps, corps intime et corps social, leur interaction, tension qui semble ne pas vouloir se résoudre, comme si chacun ne pouvait rester à sa place, cherchait sans arrêt à se débarrasser de l'autre, qui s'étirerait sous la pression, mais resterait collé. Le corps est découpé, tordu comme un corps de danseuse soumis aux persécutions d'un chorégraphe tyrannique, ou alors il étouffe à l'intérieur d'une masse de tissus et de matières.

Vous pouvez voir son exposition Rêves sous la peau à la Galerie d'Este jusqu'à dimanche 15 avril.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire