jeudi 20 juin 2013

En avoir ou pas, à la Galerie des Nanas

- Une fois que vous êtes lestés de ce genre de poids, il n'est pas exclu que cela vous entraîne au fond du gouffre. - W. G. Sebald

Je suis dans les derniers préparatifs de ma prochaine exposition à la Galerie des Nanas. Dans cette série de dessins, je cherche un équilibre entre le poids de l'accumulation et le vertige du vide. Je partagerai cet espace un peu fou, totalement insubordonné, avec l'artiste féministe Virginie Jourdain. Au travers de sa pratique artistique, elle interroge la mise en formes et en normes des genres, des sexes et des sexualités.

Si vous faites un tour dans les Cantons de l'est cet été passez nous voir. En plus, on vous réserve une surprise qui pourrait bien vous permettre de vous en mettre plein les poches. 








Vernissage le dimanche 7 juillet à 14h
Avec prestation musicale du collectif \ op la vie \ musique post-experimentale-interpretative

Mémoire, argent, amour, sexe, liberté de choix… En avoir ou pas. C’est à un regard critique et féministe sur la société, les rapports à soi et aux autres, que la Galerie des Nanas vous convie tout au long du mois de juillet.

Céline Andréa Huyghebaert et Virginie Jourdain sont deux jeunes artistes de Montréal, qui bien qu’insubordonnées, ont un parcours professionnel et académique bien fourni. La première est doctorante en création artistique à l’UQAM, la seconde est coordonnatrice des expositions à La Centrale galerie Powerhouse. L’exposition qui aura cours tout au long de juillet propose des œuvres sur papier, au rendu plutôt sobre, mais au contenu chargé de questions courageuses et de postures atypiques.

Virginie Jourdain privilégie habituellement la performance et les projets de groupe. Pour sa première présence chez nous, elle nous fait au contraire le cadeau de dessins très personnels abordants sans gêne, sans fausse pudeur, la sexualité entre femmes, les rapports à la médecine et à l’autorité. Le voile est levé sur nombre de préjugés et malaises sociaux. 

C’est l’accumulation de discours inutiles qui permet d’en arriver à l’affirmation qu’il y a beaucoup de bruits pour rien. L’accumulation des objets qui encombrent nos espaces de vie entraîne la même prise de conscience. Jeter, garder? Dans sa nouvelle série de dessins, Céline Andréa Huyghebaert cherche un équilibre entre le poids de l’accumulation et le vertige du vide.

Le vernissage se tient le dimanche 7 juillet de 14h à 17h en présence des artistes. Une prestation musicale aura lieu. Une intervention-performance surprise à Danville et Asbestos précédera l’exposition.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire